Intel France lance ses soirées « Intel Connected Club » pour ouvrir en grand l’horizon sur les tendances technologiques majeures de l’avenir

Après dix éditions de ses rencontres « Geek so In » qui, depuis 2009 en collaboration avec des inventeurs passionnés et inspirés, mettaient à l’honneur la créativité et la connectivité numérique sous toutes ses formes, Intel France focalise désormais son curseur sur les grandes tendances technologiques d’un avenir toujours plus intelligent et connecté en lançant ses soirées « Intel Connected Club ». Leur première connexion vient d’avoir lieu le 13 décembre au sein de l’Atelier Basfroi à Paris. De l’incroyable richesse des possibilités offertes par la 5G ou l’intelligence artificielle, aux perspectives agrandies des drones ou de la voiture autonome, des nouveaux champs de vision de la réalité virtuelle ou augmentée, à des applications d’objets connectés plus étonnantes les unes que les autres dans l’agroalimentaire, la sauvegarde des abeilles, etc., l’Intel Connected Club avait de quoi répondre à toutes les envies de connexion au futur des nombreux journalistes et blogueurs ayant répondu à l’invitation.

 

Tout d’abord dans le domaine de l’intelligence artificielle (ou IA) pour lequel beaucoup reste à construire, malgré le long chemin suivi déjà par ce champ de recherche technologique depuis les années 1940/50 – notamment avec Alan Turing et son fameux « jeu de l’imitation ». Puissance de calcul, hautes capacités mémoire ou réseau, avènement de la 5G, toutes les conditions sont aujourd’hui réunies pour faire de l’IA la prochaine grande étape dans l’évolution de l’informatique. En collaboration avec ses nombreux partenaires, à travers ses technologies de pointe capables de répondre aux besoins gourmands en ressources d’un apprentissage automatique ou en profondeur (processeurs Intel® Xeon® Phi™ « Knights Mill », technologie de mémoire 3D XPoint™…), ou bien encore par le biais d’acquisitions de sociétés expertes dans l’apprentissage des machines (Nervana Systems*, Movidius* ou bien encore Saffron*, dont une application de recherche de données cachées dans des listes complexes d’informations était présentée lors de la soirée), Intel multiplie aujourd’hui les initiatives pour accélérer la conception d’une plateforme de référence de l’IA.

 

Recherche médicale, assistance personnalisée, voiture autonome, etc., tous les secteurs d’activité peuvent trouver des connexions avantageuses dans l’IA. Et même parfois dans les plus inattendus peut-être comme au sein du célèbre jeu vidéo « Doom » qui en a donné une bonne illustration lors de la récente compétition tenue autour de la plateforme de recherche ViZDoom. Son principe pour chaque équipe qui y était engagée (Intel, Facebook*…) : développer une intelligence artificielle capable de réagir de la même façon qu’un joueur humain et comme si la machine elle-même manipulait une souris et un clavier. Lorsqu’on parle de « Doom » l’envie de « fragger » n’étant jamais très loin, les inconditionnels pouvaient d’ailleurs profiter de la soirée pour s’exprimer à leur tour sur un grand écran en 4K !

 

Cette escapade récréative terminée, les invités pouvaient ensuite prendre les airs en appréciant les engagements répétés d’Intel afin d’accélérer le développement des drones. Que ce soit pour encourager et engendrer une créativité novatrice en les montrant sous une nouvelle lumière artistique et esthétique bien loin de l’image d’engins aériens militaires ou de surveillance, ou bien encore en augmentant la précision de leurs capacités de cartographie aérienne grâce aux atouts de la technologie Intel® RealSense™, Intel fait tourner désormais tous les rotors de ses innovations afin de réinventer leurs usages et de faire du ciel le meilleur atout des entreprises. Le modèle AscTec Falcon 8*, inscrit depuis cet été dans un programme pilote conduit par Intel et Airbus* qui vise à repenser les contrôles qualité du fuselage des avions de ligne, en est un bon exemple. Equipé de capteurs élaborés par Airbus* et d’une caméra bénéficiant de la technologie Intel® RealSense™ qui prend des séries de photos en rafale à très haute définition afin de détecter tous les défauts potentiels du fuselage (rayures, bosses, enfoncements…), il offre aux techniciens un gain de temps colossal dans les procédures de vérification. De deux heures en moyenne à seulement entre 10 et 15 minutes !

 

Cette idée de rapidité démultipliée est exactement celle promise par l’avènement de la 5G. Que ce soit par une participation active au sein de comités de standardisation – tel par exemple que la « 5G Automotive Association » pour accélérer la mise en place de nouvelles solutions de connectivité pour la voiture autonome – ou bien encore à travers la mise en place de nombreux programmes pilotes à travers le monde, Intel s’engage avec résolution en faveur d’un déploiement soutenu de la 5G. De son avènement dépendra de nombreuses opportunités, que ce soit pour supporter les 50 milliards d’objets connectés attendus à l’horizon 2020 ou bien encore pour répondre aux besoins gourmands de systèmes d’IA, au premier rang desquels la voiture autonome dont Intel entend d’ailleurs se placer au carrefour des innovations.

 

Pour être à même d’évaluer et de réagir à leur environnement immédiat, de naviguer dans des endroits aussi complexes que des milieux urbains notamment sans interprétation faussée, les véhicules autonomes devront en effet pouvoir récolter et traiter d’énormes quantités de données, apprendre surtout d’elles en temps réel grâce à des cerveaux électroniques puissants, sûrs et fiables, capables de prendre des décisions instantanées en termes de direction, de freinage ou autre. Avec ses capacités de connexion en mobilité de 1 Gbit/s ou bien encore ses temps de latence sous la milliseconde, la 5G sera tout simplement la technologie de la situation !

 

Dans tous les autres projets présentés ce soir-là à l’Atelier Basfroi, l’incroyable adaptabilité des technologies transparaissait partout. C’est le propre des objets connectés que de s’adapter à chaque fois au plus près des usages recherchés, et pour le premier « Intel Connected Club », ceux-ci étaient aussi nombreux que parfois surprenants peut-être pour les invités. Ainsi par exemple ces fûts à bière connectés (imaginés et conçus par un employé d’Intel Munich !) équipés d’une balance et capables, par un système de puces RFID et de senseurs, non seulement de déduire en temps réel le niveau restant de leurs réserves mais aussi, par une analyse plus générale des données du marché, de mieux connaître les goûts les plus recherchés par les amateurs de mousse.

 

Ainsi encore ce projet pilote de suivi de vol des abeilles mené par Intel en collaboration avec le CSIRO en Australie afin de mieux comprendre et de lutter contre le syndrome d’effondrement de leurs colonies à travers le monde, grâce à la combinaison d’un mini-ordinateur Intel® Edison placé à l’entrée des ruches et servant de relais aux minuscules puces RFID fixées sur le dos des abeilles. Ainsi enfin ce prototype de solution TracoVino*, conduit par Intel en collaboration avec la société MyOmega* notamment au cœur de la vallée viticole de la Moselle en Allemagne, qui vise à démocratiser la gestion en temps réel de vignobles connectés grâce à des capteurs à l’énergie solaire relayant des informations récoltées au plus près des exploitations (état du sol, température ambiante, taux d’humidité de l’air ou des feuilles…).

 

Au milieu de tous ces projets innovants, l’horizon des invités pouvait encore être singulièrement modifié grâce aux casques de réalité virtuelle ou augmentée mis en démonstration : solution VR Link* de Carri Systems* et Scalable Graphics*, HoloLens* de Microsoft* qui mêle hologrammes et champ de vision réelle, ou bien encore technologie TrueVR* de Voke* qu’Intel vient d’acquérir en vue notamment de renforcer la numérisation de l’expérience sportive et d’offrir à chacun une nouvelle façon d’être au cœur de l’action sans même quitter son canapé ou sa place dans le stade. A travers son « Projet Alloy » présenté l’été dernier, Intel prépare déjà dans ce domaine ce qui constituera la prochaine étape, soit celle d’une réalité fusionnée qui offrira aux utilisateurs une fusion totale des actions physiques et des environnements virtuels. L’image parfaite d’une connexion encore plus renforcée entre deux mondes.