L’intelligence artificielle pour un meilleur rendement des cultures et répondre au défi environnemental d’une population mondiale croissante

Réchauffement climatique engendrant des variations brutales et soudaines de températures, saisons de pousse perturbées par des fréquences plus grandes de sécheresse ou d’inondation, apparition de nouveaux parasites invasifs, etc., les exploitants agricoles font face aujourd’hui à un nombre croissant de variables complexes qui rendent leur travail plus proche d’un jeu de hasard que d’un pari bien balisé. Pour eux, la ligne de séparation entre pertes et profits reste plus que jamais étroite, et si l’on ajoute à cela ce défi de taille lancé à tous les agriculteurs de devoir répondre aux besoins de nourriture croissants de la population mondiale, sans pour autant verser dans une agriculture intensive qui ne tiendrait pas compte de ressources naturelles déjà surexploitées, leur charge de responsabilité peut vite devenir trop lourde à porter. Pour les aider et leur permettre de gagner autant en efficacité qu’en sérénité, l’avènement d’une agriculture de précision à travers la mise en place de systèmes d’intelligence artificielle (au même titre que la médecine de précision pour prendre un autre exemple notable) reste leur meilleur atout.

 

Pour nombre de spécialistes, la prochaine et indispensable grande transformation du secteur agricole réside justement dans cette science des données. Selon les rapports récurrents de la FAO (Food and Agriculture Organisation) qui dépend des Nations Unies, les enjeux environnementaux sont devenus en effet trop impérieux avec une population mondiale qui devrait atteindre les quelques 9,7 milliards de personnes à l’horizon 2050 – ce qui correspondrait entre autres à une augmentation sans précédent de la production globale des aliments d’environ 70% – pour ne pas impulser au secteur agro-alimentaire de nouvelles formes de leviers de croissance et d’accélération. Et peut-être aussi une meilleure prise de conscience collective avec les quelques 1,3 milliard de tonnes de nourriture encore gaspillées chaque année selon la FAO ; un comble dans le contexte actuel !

 

Parmi les options envisagées, l’intelligence artificielle (ou IA) fait incontestablement office de figure de proue avec le bénéfice d’outils technologiques capables non seulement de délivrer des informations en temps réel, mais aussi et surtout d’aider les fermiers à opter pour les meilleures stratégies de rendement de leurs cultures à travers un éventail plus large et plus réactif de connaissances analytiques. La société américaine FarmLogs* et son application mobile éponyme – qui connait un succès certain aux Etats-Unis avec un agriculteur sur trois y ayant recours aujourd’hui – représentent une bonne illustration de cette dynamique d’ores et déjà en marche chez les exploitants agricoles.

 

Relayée par les technologies de processeurs Intel® Xeon®, et grâce à un algorithme reposant sur un apprentissage automatique du système qui apprend de manière itérative à partir des nombreuses données collectées, FarmLogs* offre aux agriculteurs un outil simple et efficace de gestion en temps réel de leurs cultures. Avec elle, chaque parcelle de terre monitorée est surveillée au plus près et peut optimiser au maximum son rendement tout en veillant toujours, dans un respect strict du milieu naturel, aux contraintes réglementaires ou aux ratios d’utilisation des engrais par exemple.

 

Que cela vienne des capteurs ou des équipements agricoles répartis dans les exploitations qui apportent des informations sur la consommation hydrique du sol, la température ambiante, la vitesse de croissance des plantes, le taux d’humidité de l’air ou des feuilles, l’exposition solaire… Ou que cela vienne de données publiques telles que les prévisions météorologiques, la retranscription d’images satellites, un suivi dans les transactions en cours sur le marché des matières premières… FarmLogs* se charge de compiler et d’interpréter automatiquement cette masse de données et de les transmettre en informations simplifiées et directement exploitables par les agriculteurs qui bénéficient ainsi de rapports circonstanciés dans leurs prises de décision quotidiennes et leurs stratégies d’investissements.

 

Avec un système basé sur une intelligence artificielle, tel que FarmLogs*, chaque parcelle de terre cultivée peut ainsi recevoir ses recommandations spécifiques et donc par là même alerter et seconder l’agriculteur dès qu’une action est nécessaire. Telle surface du champ nécessite un traitement ciblé contre les premiers signes d’une infestation de parasites ? Telle autre a besoin d’un complément plus précis en nutriments ou en eau, ou bien à l’inverse est dans sa période de rendement optimal pour procéder au labour ? Telle qualité de sol nécessite un quota moindre ou supérieur de semences ? Etc. Secondées par l’intelligence artificielle, les terres cultivées peuvent adopter au fond une nouvelle cartographie en offrant aux agriculteurs la possibilité d’ajuster toujours la bonne dose au bon endroit.